Formation Libération Post Traumatismes par Mouvements Oculaires (Technique Issue de l’EMDR)

Technique issue de l’EMDR

 

Cette formation de 4 journées est présentée et animée par Béatrice Sagnet : Psychothérapeute, Ostéo & Hypnothérapeute sur Saint-Maximin-la-Sainte-Baume.

Les initiales EMDR signifient Eye Movement Desensitization and Reprocessing, c’est-à-dire désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires.

La particularité de l’EMDR réside dans la stimulation sensorielle généralement appliquée sous une forme bilatérale alternée et le plus souvent par le biais des mouvements oculaires.

Formation reconnue diplômante

 
Pré requis :
 
  • Praticien ou Maître Praticien en Hypnose Ericksonnienne et/ou en PNL
  • Psychologues de toute orientation, Psycho-Praticiens
  • Professionnels du milieu médical
  • Autres praticien en thérapie brève
  • OU Avoir suivi avec notre centre de formations les sessions 1 et 2 en Technique Ostéo-énergétique des Méthodes Poyet et Béatrice Sagnet.
 
L’EMDR est recommandée par L’INSERM et l’OMS comme thérapie de choix des troubles de stress post-traumatique.
— Entre l’hypnose et la thérapie cognitive et comportementale, l’EMDR est une thérapie psycho neurobiologique basée sur la stimulation sensorielle. Recommandée par l’Organisation mondiale de la santé, elle aide les patients à « ranger » leurs mémoires traumatiques en cas de stress post-traumatique.
 
 

Qu’est-ce que l’EMDR ?

L’EMDR (eye movement desensitization and reprocessing) ou désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires, a été proposé comme thérapie pour la première fois en 1987 par la thérapeute Francine Shapiro aux États-Unis.

Mécanisme de l’EMDR :

Lorsque l’on entend un bruit, notre corps sursaute, puis nous ressentons une émotion : de la surprise, de la peur ; et notre cerveau analyse ce qu’il s’est passé. Mais, il y a des cas où le stimulus est trop important. Nos réactions sont alors démesurées, notre peur et nos capacités de réflexion sont dépassées. 
Notre pensée ne peut alors plus se connecter à nos émotions, qui deviennent incontrôlables. 
C’est le cas par exemple lorsque l’on survit à un attentat ou à un viol.
 
Si ce dysfonctionnement persiste dans le temps, on parle de trouble de stress post-traumatique. Sur le plan neurophysiologique, une partie du cerveau des émotions, l’amygdale reste hyper sensibilisée. Le moindre stimulus venant du monde extérieur va l’activer et entraîner une émotion très intense. En EMDR, on dit que les mémoires sont stockées de façon dysfonctionnelle. C’est-à-dire que le processus de mémorisation d’un événement difficile n’a pas pu se réaliser correctement. Si l’on ne fait rien, la guérison du traumatisme est difficile, même plusieurs années après.
 
 

Revivre le traumatisme pour le guérir :

Cette approche de neurophysiologie consiste à utiliser des stimulations sensorielles pour faire revivre le moment du traumatisme au patient.
Pendant la séance, le praticien lui propose de penser au moment du traumatisme, en laissant monter l’émotion et les sensations physiques associées, tout en gardant à l’esprit les aspects sensoriels les plus perturbants (image, son, odeur).
 
Puis, il lui demande de suivre du regard son doigt qu’il déplace devant le patient de gauche à droite.
 
Il peut aussi proposer d’autres simulations comme des bips dans un casque ou des tapotements sur les genoux.
 
La stimulation dure généralement quelques dizaines de secondes, puis le patient exprime au thérapeute ses sensations, ses émotions et ses pensées.
 
Ce processus de stimulation puis d’expression est reproduit plusieurs fois pendant la séance. Le patient revit l’émotion de son traumatisme avec la même intensité. Mais, celle-ci va peu à peu diminuer jusqu’à disparaître. 
Puis l’EMDR va utiliser un processus semblable afin d’amener le patient à développer une pensée positive sur l’événement qu’il a vécu.
 
 

L’EMDR en pratique :

Comment cela marche concrètement ? Les stimuli activent le système nerveux parasympathique qui est celui de la relaxation. Les dernières recherches montrent que l’activité électrique du cerveau se synchronise alors à une fréquence qui correspond à celle du sommeil profond. « C’est pendant le sommeil profond et le sommeil paradoxal (rêve) que physiologiquement les souvenirs se rangent dans notre mémoire. Ainsi l’EMDR va relancer le mécanisme normal physiologique de rangement des souvenirs », précise le Dr Martin Teboul.
 
L’EMDR ne fait donc que réactiver une fonction normale du cerveau. Mais, elle agit plus rapidement : une séance peut avoir le même effet que plusieurs nuits de sommeil en quantité de « rangement ». Le patient va recoller les morceaux : quand il pense à son traumatisme, l’image devient désormais floue et lointaine, l’émotion n’est plus présente, et il arrive à penser positivement à ce qui lui est arrivé. L’événement est ainsi rangé dans sa mémoire autobiographique, rattaché aux autres événements de sa vie et son amygdale reprend une activité normale.

 

Une thérapie recommandée par l’OMS :

L’EMDR est recommandée par la Haute Autorité de Santé et par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) en France, par l’ Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans le monde entier comme thérapie de choix des troubles de stress post-traumatique.
 
Elle s’adresse donc à toutes les personnes souffrant d’un trouble anxieux sévère, consécutif à une situation traumatisante dont les capacités d’adaptation ont été débordées. Et lorsque la personne revit sans cesse l’événement déclencheur (flash-backs, cauchemars) et cherche à éviter toute situation le lui rappelant.
Le besoin de consulter peut se faire ressentir après divers traumatismes : un attentat, un viol, un avortement, une catastrophe naturelle, ou encore un accident de voiture, un divorce, un infarctus du myocarde. « L’EMDR est utile aujourd’hui pour tous les patients qui ont vécu un événement de vie difficile, même s’il ne l’identifient pas comme un traumatisme », souligne le président de l’association EMDR France.
 
Une récente étude menée par des chercheurs de l’Inserm suggère également qu’une séance d’EMDR dans les six heures qui suivent l’admission aux urgences pourrait permettre de diminuer jusqu’à 75 % les troubles de stress post-traumatique et de « syndrome post-commotionnel ».
 
Formation Professionnelle, peut être prise en charge.
Demandez dans la rubrique contact, un devis et une convention de stage si vous souhaitez obtenir une prise en charge par votre opco ou votre employeur. Attention prévoir au moins 2 à 3 mois avant la formation.

Informations pratiques

  • Durée : 4 journées réparties sur 2 sessions de 2 jours / 28 heures
  • Horaires : De 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 17h30 
  • Tarif : 1098 €
    payable en 2 ou 3 versements :
    1 premier acompte de 98 € à la réservation,
    1 règlement de 1 000 € ou 2 de  500 € (nous contacter pour échelonnement supplémentaire)
  • Tarif prise en charge OPCO :    1200 €

Une attestation de formation vous sera délivrée en fin de session.

Vous devez apporter

de quoi noter : bloc note, vos repas de midi, chaussons afin de ne pas être en chaussures dans la salle de formation.

Lieux et dates
où se déroule
cette formation

Saint-Maximin-la-Sainte-Baume (83470)

  • Session 1 : les 4 & 5 Septembre 2021
  • Session 2 : les 2 & 3 Octobre 2021

IMPORTANT – Droits d’auteur
Toute reproduction, même partielle, des textes de ce site internet est interdite sous peine de poursuite judiciaire.
Article L122-4 du code de la propriété intellectuelle